Allaitement et travail

L'Allaitement au travail

La loi autorise l'allaitement au travail : vous pouvez allaiter votre enfant ou tirer votre lait, sur votre lieu de travail, selon certaines conditions.

Dans les deux cas, si votre employeur ne respecte pas ces dispositions, il encourt des sanctions pénales (notamment des contraventions de 1000 à 3000 euros en cas de récidive).

L'article L1225-30 du Code du travail mentionne ainsi que la salariée dispose d'une heure par jour non rémunérée pour allaiter son enfant pendant les heures de travail. Ce droit est valable jusqu'au 1 an de l'enfant. 

Le temps d’allaitement pendant le travail est prévu par le Code du travail pour tout les types d’entreprises et quel que soit l’effectif : « pendant une année à compter du jour de la naissance, les mères allaitant leurs enfants disposent à cet effet d’une heure par jour durant les heures de travail », « répartie en deux périodes de trente minutes, l’une pendant la matinée, l’autre pendant l’après-midi.

Le moment où le travail est arrêté pour l’allaitement est déterminé par accord entre les intéressées et leurs employeurs. A défaut d’accord, il est placé au milieu de chaque demi-journée de travail » (Code du travail, art. L. 1225-30 à L. 1225-33)

Il s’agit d’arrêter de travailler pendant une heure par jour, divisée en deux demi-heures, et de rester sur le lieu du travail pour y allaiter l’enfant. Il ne s’agit pas de s’absenter du travail pour aller allaiter son enfant.

À noter que les pauses d’allaitement de deux fois trente minutes par jour peuvent être réduites à vingt minutes si l’employeur « met à la disposition des salariées, à l’intérieur ou à proximité des locaux affectés au travail, un local dédié à l’allaitement » (art. R. 1225-6).

Par ailleurs, comme la femme enceinte, la femme allaitant peut bénéficier, dans certains postes à risques, d'un aménagement de ces tâches.

Travail et Allaitement, ce que dit la loi