Ma vie après...

 

 

Le moral

Les premiers moments du post partum sont des moments de transition intenses et éprouvants. La chute hormonale, l’exercice de la fonction parentale et le corps encore tout endolori n’arrangent en rien la situation. Vos ressources physiques et psychologiques sont encore sollicitées maintenant que bébé est là. Cette période charnière peut faire émerger un sentiment de perte de repères qui peut surprendre aussi bien l’entourage que la mère elle même.

Le baby blues est un phénomène très fréquent qui touche environ 60% des femmes. Il s’agit d’une tempête hormonale, émotionnelle et existentielle qui survient généralement au 3ème jour du post-partum et qui disparaît en quelques jours.

Il se traduit par :

  • Une grande intensité émotionnelle et une humeur changeante
  • Une grande angoisse et une ambivalence des sentiments
  • Une grande sensibilité aux signaux émis par le bébé
  • Un sentiment d’épuisement et de fatigue

Si ce baby blues est courant et physiologique, la dépression du post-partum, elle, est pathologique. Elle survient généralement plus tard avec un pic entre la 6ème et la 9ème semaine après l’accouchement. L’angoisse remplace le plaisir d’être avec son enfant, transformant le quotidien en une épreuve longue et contraignante. Cet état de malaise durable est insidieux car il évolue à bas bruit à l’instar des mères elles mêmes et de leur entourage.

Il peut aussi y avoir des répercussions sur le développement de l’enfant du fait de la solitude dans laquelle il aura été plongé.

Il est nécessaire au moindre signe ou doute de consulter votre médecin, d'avoir un suivi psychologique et éventuellement un traitement médicamenteux.

La sexualité

Après « l’épreuve » de la grossesse, de l’accouchement et des nuits courtes peu récupératrices, il est difficile de penser au sexe… La libido est souvent en berne !

Les raisons ?

  • L’image que vous avez de votre corps à évolué depuis que celui ci à été quelque peu malmené.
  • L’humeur est changeante, vous n’avez pas l’esprit tourné vers votre plaisir physique.
  • Tout est orienté vers votre bébé, il est le centre de vos préoccupations. D’autant plus si vous êtes de nature anxieuse. Il prend beaucoup, voire toute la place.
  • Vos rythmes biologiques sont inévitablement transformés. En effet, votre sommeil est devenu discontinu et votre alimentation ne ressemble plus à ce qu’elle était auparavant.
  • Coté couple, il y a aussi des bouleversements, surtout si c’est votre premier enfant. Il est malgré lui le centre d’un trio ou la relation à deux privilégiée est souvent celle de la mère avec son bébé et non celle de la mère avec son homme…

De leur coté, les pères ont souvent un sentiment d’impuissance et d’inutilité même si ils se sont beaucoup impliqués jusqu’ici. Ils ont parfois du mal à trouver leur place dans ce trio d’autant que leur femme ne les aident pas beaucoup. Ils peuvent alors être maladroits et manquer d’initiative.

Là aussi votre sage-femme à un rôle capital. Elle est une interlocutrice de choix pour aborder ce sujet souvent tabou et vous rassurer sur votre couple. Dites vous que si vous aviez une vie sexuelle épanouie avant la grossesse, vous la retrouverez tôt ou tard !

En pratique :

Il n’y a pas de règles, c’est vous qui choisissez le moment où vous êtes prêtes ! Pour plus de confort, attendez la cicatrisation complète de l’épisiotomie ou de la déchirure, s’il y en a eu.

Les écarts de reprise de l’activité sexuelle sont de 2 à 50 semaines après l’accouchement ! En moyenne 6 semaines quand le périnée est dit « intact » et de 8 semaines quand il y a eu une épisiotomie. Encore une fois, pas de règles, c’est selon vos envies…

LE SPORT

Il faut tenir compte de votre mode d'accouchement (voie basse ou césarienne), de ses éventuelles complications et de votre état physique.

Avant la visite post natale, le sport à proprement dit n’est pas recommandé. Vous pouvez néanmoins vous promener sur la plage par exemple, les surfaces meubles sont moins traumatisantes que les surfaces dures.

Après les 6 semaines votre utérus ayant repris sa position initiale et le col s’étant refermé vous pouvez enfin vous immerger et aller nager !

Après les séances de rééducation périnéale, vous pouvez passer progressivement de la gymnastique douce (pourquoi pas avec votre bébé) à des activités plus « physiques ».

Pour retrouver votre taille de guêpe, privilégiez la gym hypopressive.

Il s’agit d’une technique qui consiste à contracter les abdominaux en expiration. Le diaphragme est ainsi en position haute ce qui lui évite de faire pression sur les organes abdominaux. Il n’y a donc pas de surpression au niveau périnéal. Travailler ses abdominaux en hypopressif est très efficace autant pour votre silhouette que pour votre périnée.

Par la suite continuez à préserver votre périnée en ne reprenant pas trop tôt les sports qui le sollicite beaucoup, comme l’équitation ou la course à pied. Et oui, il faudra attendre au moins 1 an avant de vous inscrire au grand raid !